Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

L’amitié se construit sur toute une vie

 Notes N°65, 140 & 398, commentées & regroupées; extraites de la première liasse des écrits de Yves philippe de FRANCQUEVILLE :

 

L’amitié se construit sur toute une vie : sans rivalité ni jalousie ou concurrence.


 

Un ami n’est pas nécessairement un confident, mais parfois il peut se présenter comme un espace de refuge.

Cf. Un ami, chanson de Gérard LENORMAN.

L’ami n’est pas là pour porter toutes les souffrances de l’autre, cependant il peut apprendre à être à côté.

Dans le deuil, l’ami sait être là, impuissant souvent à comprendre… mais présent !

Une amitié de 30 ans… et surtout pas des rivalités de 30 ans. Attentions aux fausses amitiés de 30 ans : Messieurs Jacques CHIRAC & Edouard BALLADUR par exemple, divisés en 1995 pour juste une petite histoire de présidence de la République française !

L’amitié, ce n’est pas se mesurer, se comparer, se jalouser, c'est plutôt se suppléer, se compléter, s’entraider… s’aimer.

L’amitié est un partage. Elle s’arrête quand je n’ai plus rien à donner ou à recevoir.

L’ennui partagé peut être le plus grand risque que disparaisse un ami.

Le danger de la meilleure amie : les autres filles se sentent en position inférieure et les jalousies se créent très vite…

Le problème du meilleur ami : l'on ne peut pas trouver mieux que le meilleur ami pour perdre sa compagne. En effet, le meilleur ami va rapidement devenir l’homme idéal, écoutant les problèmes pour résoudre les soucis d’un couple. Il partira avec madame, ayant construit toutes les solutions pour bien faire !

Il est donc heureux d'avoir beaucoup d’amis — de très bons amis — mais évitons le meilleur ami ou la meilleure amie.

Attention aussi aux confidences : l’ami est là pour partager les moments forts, Il ne doit pas nécessairement supporter tous les temps les plus difficiles. Évitons de vider toutes nos poubelles auprès d’un très grand ami qui finira peut-être par nous le reprocher.

Pour se confier d’un drame, d’un souci ou d’une blessure, les espaces de confidences doivent plutôt se créer vers un être plus solide par son vécu et moins présent dans le quotidien des plaisirs (une personne de confiance issue de la famille, du corps enseignant, médical ou psy… de la société en marche).

Si l’amour est omniprésent, même en cas d’absence ; l’ami — lui — est là lorsqu’on suggère la rencontre pour une action, un projet, un partage, un plaisir.

Cf. Khalil GIBRAN, poète libanais, Le Prophète : « Un ami est là pour partager nos pleins ».

Quel bonheur, quelle chance à entretenir que l’amitié !

 

 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

 


 

 

(Encre sur papier)

 

© Franck PASQUALINI.

Illustration pour le poème Sourire, extrait du recueil Solitude étrangère. Il est aussi présent dans l'œuvre théâtrale : Comme une abeille hors de sa ruche… écrits de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

.

Auteur : Yves Philippe de Francqueville



08/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres