Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Syndrome de la culpabilité chrétienne … Peut-être à cause d’Adam, le premier pécheur ?

 

Note N°90, commentée; extraite de la première liasse des écrits de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE :

 


Syndrome de la culpabilité chrétienne …

Peut-être à cause d’Adam,

le premier pécheur ?

 

L’humain peut se sentir coupable — non de ses propres erreurs mais de celles des autres et parfois avant même de naître — et souffrir de la faute de son père, de sa mère ou des actes d’un ancêtre plus ou moins lointain.

Cf. Jean de La Fontaine, le Loup et l’Agneau : « Si ce n’est toi c’est donc ton père ».

Pour les personnes issues d’une culture chrétienne, la société tente de les rendre coupable d’un passé — pour lesquels ils n’ont pas nécessairement de liens directs — et ainsi de leur faire oublier qu’ils sont victimes au présent.

La culpabilité semble le plus grand outil de propagande à même de pousser tout un chacun à la consommation… de n’importe quoi, et parfois même de médicaments…

Les différentes autres religions issues de l’histoire d’Adam & Ève ne voient pas dans la chute une faute héréditaire comme l’a développé le christianisme augustinien. Ils ont cependant d’autres méthodes de persuasion assez efficaces pour limiter le croyant dans les plaisirs…

Le chrétien est baptisé notamment pour être sauvé du péché originel. Cela signifie qu’Adam a péché et que tous à sa suite sont coupables par sa bêtise. C’est la définition augustinienne de l’infinie bonté d’un dieu qui donne à tous les descendants de celui qui a commis la faute une culpabilité éternelle.

Cf. « L’enfant porte son père et souffre de sa tare » (extrait du poème L’hérédité de la Genèse de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE).

 

L’hérédité de la Genèse

 

Fable,

pour saint Augustin d'Hippone, évêque.

 

        I

                   L’enfant porte son père

                   Et souffre de sa tare ?

                   Ecoutez mes propos :

                   Ne soyez pas perdus

                   Si par ces quelques mots

                   - Un pavé dans la mare

                   Pour cette farce amère -

                   Certains furent pendus :

 

                   Adam#, on nous l’a dit,

                   Un jour pour une pomme

                   Croquée après son Eve

                   A laissé sa vertu...

                   Par sa dame est maudit

                   Lui le tout premier homme

                   Et chassé loin du rêve

                   Par un dieu fort têtu…


 II

                   Mais pourquoi de sa chute

                   Aux dires d’un évêque,

                   Y aurait-il pour nous

                   Quelques pépins du fruit ?

                   Je ne veux pas de lutte

                   Ou de guerre intrinsèque,

                   Pourtant, qu’en pensez-vous...

                   Si ce n’était que bruit ?

 

                   Brave hère naïf,

                   Il a fauté, sans doute !

                   Son épouse de même

                   Était coupable aussi...

                   Ce fut un peu tardif

                   De voir dessous la voûte

                   Qu’elle était nue et blême,

                   Comme son bel ami ! 

 


# prononcer [Adam].


Non, c’est encore un des nombreux leurres religieux & politiques qui permet d’asservir l’humain en lui faisant croire qu’il est coupable de l’erreur de son père. Nous devons trouver notre liberté de confiance et vivre heureux dans l’instant présent.

Savoir dire : non, je ne suis pas touché par le péché originel.

Savoir dire : non, l’acte de faire mémoire des drames d’hier ne doit pas m’inciter à la vengeance et encore moins à la résignation d’un bonheur présent…

Se souvenir, soit, pour ne pas nous blesser et inviter l’autre à ne pas nous abîmer… Apprendre l’histoire par l’effort de recherche…au-delà des versions officielles ! 

…Et la curiosité ne serait-elle pas alors la plus grande des qualités ?

 


© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

 

 

 

(Encre, fusain et pâte à bois sur carton)

 

© Franck PASQUALINI, composition vieille de plusieurs millénaires, redécouverte dans la caverne, pour le poème L'hérédité de la Genèse extrait du recueil Solitude Etrangère, écrit par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

Auteur : Yves Philippe de Francqueville



25/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres