Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Si j'écrivais l'Histoire

.

 

Si j'écrivais l'Histoire


 

I

 

L’air du temps de ces jours semble étrange et me fuit.

Tout sature en ce monde : on construit, on élève

Un sordide univers où le fer et l’humain

S’entassent sans raison. J’imagine un demain

Les puissants de la terre… Et l’un d’entre eux se lève

Au cours du haut conseil au secret dans la nuit.

 

 

« Silence ! Écoutez-moi ! » S'écrit-il en grand frère ;

« Refusons tout espoir, de vaines illusions,

Qui donnerait sur l’heure à qui voudrait y croire,

Un retour de son dieu dans une immense gloire.

Il serait bon qu’enfin, sans crainte, nous osions

Reconnaître la mort comme point de repère !

 

 

II

 

 

Il est temps mes amis de nous entre-tuer.

Détruisons les nations, donnons du sens à l’homme ;

Il nous faut des martyrs, de prodigieux héros…

Mais aussi quelques vils et pauvres numéros :

Longue liste infernale de bêtes de somme,

Enfants, femmes, vieillards… Sachons sans fin tuer»

 

 

Alors qu’ils écoutaient — vénérable auditoire —

En un commun accord, au dernier mot lancé,

Tous ensemble debout, voici qu’on félicite

À l’unanimité l’offre sans plébiscite,

Où la guerre est pesée, où le mort est pensé…

La terre se nourrit du sang de son histoire.

 

 

 

Poème extrait du recueil Solitude étrangère. 

Il se retrouve aussi inséré dans l'œuvre théâtrale Comme une abeille hors de sa ruche…


© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

.

 .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Acrylique et collage sur papier)


© Franck PASQUALINI : illustration pour le poème si j'écrivais l'Histoire.

 

.

 



02/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres