Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

On ne nous donne plus rien à apprendre…

 Note N°6, commentée; extraite de la première liasse des écrits de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE :

 

 

On ne nous donne plus rien à apprendre mais l’on nous propose du « tout compris » !


 

La société actuelle passe son temps — notamment par les jeux télévisés — à s’intéresser à toutes les connaissances au lieu de les cultiver. L’apprentissage a perdu sa valeur. C’est ce que l’on pourrait appeler la globalisation du tout. On ne nous demande pas ce que raconte Madame Bovary, mais l’on nous teste pour savoir qui l’a écrit.

L’élève ne lira probablement pas le livre mais copiera un résumé trouvé sur l'Internet.

Il ne découvrira donc peut-être jamais au fil des pages cette phrase extraordinaire de ce cher Gustave FLAUBERT au sujet de son héroïne : « elle souhaitait à la fois mourir et habiter Paris ».


 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

.Auteur : Yves Philippe de Francqueville



26/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres