Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

L'hérédité de la Genèse

 

 

 

L'hérédité de la Genèse

 

 


Fable adressée à saint-Augustin, évêque.

 


 

I

 

 

L’enfant porte son père

Et souffre de sa tare ?

Ecoutez mes propos :

Ne soyez pas perdus

Si par ces quelques mots

— Un pavé dans la mare

Pour cette farce amère —

Certains furent pendus :

Adam, on nous l’a dit,

Un jour pour une pomme

Croquée après son Eve

A laissé sa vertu...

Par sa dame est maudit

Lui le tout premier homme

Et chassé loin du rêve

Par un dieu fort têtu…


 

 

II

 

 

Mais pourquoi de sa chute

Aux dires d’un évêque,

Y aurait-il pour nous

Quelques pépins du fruit ?

Je ne veux pas de lutte

Ou de guerre intrinsèque,

Pourtant, qu’en pensez-vous...

Si ce n’était que bruit ?

Brave hère naïf,

Il a fauté, sans doute !

Son épouse de-même

Était coupable aussi...

Ce fut un peu tardif

De voir dessous la voûte

Qu’elle était nue et blême,

Comme son bel ami !

 

 

 

Poème extrait du recueil Solitude étrangère.

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.



 

 

(Encre et fusain, pâte à bois sur carton)

 

 

© Franck PASQUALINI.

.

 



25/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres