Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Vieillir jeune ? Le sport : pourquoi ?

 Note n° 67bis développée et commentée, extraite de la première liasse des écrits de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE :

 

Vieillir jeune ?

Le sport : pourquoi ?

Une victoire de la médiocrature ?


 

Winston CHURCHILL — afin de donner une réponse à des journalistes curieux de connaître le secret de sa longévité — s’est plu à dire « no sport », lui qui fut en son jeune temps champion d’escrime et longtemps fier officier réputé pour ses prouesses au polo…

Peut-être préférait-il — face à la presse imprécatrice — garder pour lui sa soif de vivre libre, sans contrainte, dans une quête réelle des plaisirs de la vie tout en sachant mesurer ses efforts ? Il semble avoir toujours aspiré à rechercher le beau et les plaisirs tout en ayant des valeurs bien affirmées. Apprendre en mesurant le temps qui passe ne lui faisait guère peur, même s’il avouait ne pas toujours comprendre !

L’art de bien vivre et de bien vieillir n’est pas donné à tout le monde.

L’image de ce vieux monsieur jovial au ventre rebondi et au gros cigare vissé sur les lèvres — qui lui permettait de cacher son cheveu sur la langue — n’est pas nécessairement la référence idéale pour se rappeler le bel homme qu’il fut à 20 ans. C’est là semble-t-il notre sort à tous : Il faut être Arthur RIMBAUD pour avoir le droit d’être immortalisé dans nos meilleurs atours…

Cf. : je ne suis pas Rimbaud, poème de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

 

HUGO, GANDHI, DUMAS, VERLAINE (par COURBET) et tant d’autres nous surprennent lorsqu’est mise à l’honneur une photo, une peinture autre que celle de corps de vieillards sur le déclin.

Mourir dans la force de l’âge… rester jeune dans sa tête, en faisant bon accueil au poids des ans... 

Y a-t-il un instant dans notre vie qui soit préférable à un autre ?

Pour Douglas MAC ARTHUR, qui abhorrait la médiocrité (comme la lâcheté) — au risque de briser sa carrière de général par une gifle donnée — être jeune a un sens particulier… 

Selon lui, la jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit, un effet de la volonté, une qualité de l'imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l'aventure sur l'amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années. On devient vieux parce que l'on a déserté son idéal (On devient vieux parce que l'on a déserté ses rêves). Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l'âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort. Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande, comme l'enfant insatiable : et après ? 
Il défie les évènements et trouve de la joie au jeu de la vie. Vous êtes aussi jeune que votre espérance. Aussi vieux que votre doute. Aussi jeune que votre confiance en vous-même. Aussi jeune que votre espoir, aussi vieux que votre abattement. Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif, réceptif à ce qui est beau, bon et grand, réceptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini…

Je laisse aux femmes l’art de discourir davantage sur ce sujet et nous éclairer sur leur propre ressenti. Elles seules se comprennent et sont en mesure de nous faire part des spécificités de ce chemin de vie qu’un homme  dépourvu de matrice — ne saura jamais apréhender. Il ne peut réellement saisir cette délicate prise de conscience des âges qui les construisent et donne sens à leur existence. 

Tous, femmes et hommes, nous sommes structurés et cadencés en cycles de vie uniques, déjà rappelés par ARISTOTE, bien inspiré de ses lectures d’HIPPOCRATE de Cos. Anatole FRANCE aimait aussi en parler tout au long de son œuvre. Sans vouloir le développer dans cet article (c’est un sujet qui le sera bientôt) il semble intéressant de présenter la vie des humains en trois périodes, chacune portée par une dominante platonicienne : le temps du corps, celui du cœur et enfin celui de l’esprit… quand la maladie d’Alzheimer ne nous en prive pas.

Pour les hommes, c’est un sujet spécifique complexe dans lequel je saurai bientôt m’aventurer.                          

Commençons cela sous le regard des médias et notamment du sport.

Expliquer les âges de la vie et les exploits physiques… Ce bien être du corps… et celui de l'esprit... trop entaché de relents divers, parfois nauséeux, le plus souvent très intéressé et manipulé par les instituts de sondages à la solde des groupes industriels ou politiques... Le lobbying devient propriété exclusive des articles dits d’informations ou de conseils… d’obligations faisant parfois force de lois, avec des explications basées sur des statistiques prétendument universelles, souvent fondées sur une simple poignée de personnes consultées par téléphone…

En général, tout se joue sur des mensonges contant les bienfaits de tels ou tels produits alimentaires ou pharmaceutiques, telles ou telles opérations chirurgicales ou militaires, proférés, vantés voire imposés par des spécialistes ou des experts en tous genres. Ces journalistes, professeurs, docteurs, ministres… juges ou rois… porte-voix des dieux, s’étalent, s’épanchent dans la presse ou sur tous nos écrans, et leurs propos deviennent très vite des certitudes pour les cerveaux disponibles… de celles et ceux qui n’ont pas encore lu Rhinocéros d’Eugène IONESCO ainsi que la guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean GIRAUDOUX.

Malheur à celle ou celui qui oserait simplement mettre en doute les vérités imposées par ceux qui se croient nos maîtres à penser, ces idées de dieux qui nous sont imposées !

La philosophie du sport se devrait d’être liée à celle de la beauté du corps et de l’esprit comme PLATON le rappelait dans Alcibiade. À travers notre cheminement de vie, le « mens sana in corpore sano », cet esprit sain dans un corps sain peut nous conduire à un âge avancé où le temps faisant, il nous est important d’accueillir le fait de vieillir jeune et bien comprendre ainsi l’humour de CHURCHILL… Il y a des étapes de la vie à considérer dans la paix !

Les souvenirs sportifs sont parfois à porter avec les maladies liées au surmenage, au dopage ou aux obligations d’état. Un des marronniers habituels chez les journalistes est de filmer la salle aux trophées de vieux sportifs bedonnants, malades voire mourants et parfois sans le sou.

Ah, comme il fut bon semble-t-il pour quelques millions de Français de vibrer devant cet éternel second de la Grande Boucle (il a en France, notre Raymond, quelques plaques de rues à son nom — de son vivant — ce que n’a toujours pas encore notre Immortel président de la République). Que de fierté aussi pour beaucoup d’avoir eu l’impression de participer à l’effort national à chaque médaille d’or ramassée et en chantant la Marseillaise avec celui qui deviendra pour sa protection juridique « Monsieur Pièces Jaunes ». C’est vrai qu’il est possible dans certaines républiques bananières ou autres, de passer rapidement du tatami au fauteuil de ministre si un pays est en manque de dieux… Oui, celle ou celui qui rapporte une récompense sportive donne le moral au peuple, sans toutefois nous assurer une morale aussi fraîche que celle prêchée par Pierre de COUBERTIN.

Il voulait, ce fier Baron, retrouver les jeux du stade… de ses rêves et de ses fantasmes : illusions ! C’est toujours, hélas, les jeux du cirque qui nous sont imposés !

La place du sportif de haut niveau n’a pas évolué depuis le temps où les fauves furent lâchés. Nos gladiateurs modernes sont toujours les esclaves plus ou moins consentants des lobbies financiers et servent d’images de marque pour des nations toujours en guerre… Les héros d’un instant iront tôt ou tard crever dans leur prison dorée ou s’éteindre dans des états de décrépitude sordide… Le dopage comme le surentraînement les transforme en bêtes de scène sans âme, pour le plaisir des peuples avides de pain et de jeux, de violence et de catastrophes…

Car l'important est de faire tourner l’économie mondiale.

Certains pensent que notre République, comme toutes les autres dans ce monde, n’est pas une démocratie. En effet : malgré cette mascarade autour d’élections où l’on demande au peuple de céder sa liberté de penser bien à d’autres qui penseraient mieux pour n'avoir que cela à faire ; malgré cette assurance que les autres sont plus forts que nous afin de rendre ce monde meilleur avec une justice sans bandeau et qu’il faut surtout leur faire confiance en leur abandonnant nos voix tout en fermant les yeux… N'est-ce pas plutôt une démocrature qui sévirait ?

Non… pas tout à fait : notre civilisation a développé plutôt une série de médiocratures.

La révolution offre de bouleverser les têtes sans modifier les esprits. Rien ne change dans le fond et tout recommence dans un même jeu de dupes.

Peut être allons-nous enfin provoquer l’évolution en trouvant cette fraîcheur de vivre libres et heureux dans une harmonie temporelle où notre corps éviterait tout conflit destructeur avec l’esprit et le cœur.

Le sport a sa place dans un souci d’entretien, de rencontre et de recherche de la culture et du beau. Il peut être vécu pour son propre plaisir comme pour celles et ceux qui se laissent séduire et instruire comme PLATON s’y adonnait avec ses condisciples dans les gymnasiums.

Oui, cherchons plutôt à promouvoir les jeux du Stade plutôt que de nous laisser envahir par ceux du Cirque !

Cf. Running man, film réalisé par Paul Michael GLASER en 1987, avec Arnold SCHWARZENEGGER d’après le roman de Stephen KING : un condamné à mort par une justice inique peut choisir de commuer sa peine en devenant le gibier de chasseurs dans une arène où il est traqué. Il obtiendrait la grâce pour peu qu’il survive…

 

C’est une Révolution ?

Non, Monsieur… C’est une Evolution !


 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE pour l'article.

© Pour le dessin : œuvre de Franck PASQUALINI illustrant le poème Solitude et ennui, extrait du recueil Solitude étrangère, écrit par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

 

 Auteur : Yves Philippe de Francqueville



17/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres