Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Sourire

 

SOURIRE

 

 

 

Voyage en Picardie

 

 

I

 

 

L'attendant plein d'espoir, je le vis revenir

Légèrement guidé dʼune baguette blanche ;

Et ce sourire et cette voix, le souvenir

Souffle sur mon automne un bel air de revanche.

 

 

Comment ne pas songer à ces amours perdues :

S'enlacer, sʼenivrer, le serrer dans mes bras ?

Pourquoi ces peurs aussi, lumières défendues…

De nous trouver soudain couvert des mêmes draps ?

 

 

 

II

 

 

Côte à côte, échangeant nos désirs, nos idées,

Nous avançons joyeux, nous tenant par la main.

Au coeur du paysage embrumé des ondées,

Ce pas de non-voyant me semble plus humain.

 

 

C'est si doux de s'aimer pour être ainsi tous deux :

Partageant les chansons, enivrés dʼun parfum...

 

 

Moi j'ose lui conter la nature des yeux,

Lui me laisse rêver des bruits, des arômes,

Que je ne peux pas voir et qu'il saisit bien mieux.

Nous vivons de nouveau nos grands plaisirs de mômes.

 

 

 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE pour le poème…

 

© Franck PASQUALINI pour le dessin "Sourire"…

Extrait du recueil Solitude étrangère et de la pièce de Théâtre Comme une abeille hors de sa ruche, Tome trois du Cycle de L'Austrel, écrits de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

en un clic,

vers un autre poème

 

 

Auteur : Yves Philippe de Francqueville

 



24/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres