Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Liberté

 

 

Liberté


 

I

 

Laisse-moi je te prie

Le temps qu'il me faudra

Non pour te pardonner

Mais pour savoir t'aimer.

 

Je suis comme un oiseau

Libre, ainsi je m'envole

Et dans mes soirs de rêves,

Je jouis des nuages.

 

Oui ! J’ose m’exprimer :

M’élancer vers les cieux,

Rejoindre la lumière

Oublier tout danger…

 

II

 

Alors, à mes dépens

Sans loi, sans roi, sans chaîne,

Me voici une proie

Pour le moindre fusil.

 

Souvent, je suis blessé

Puis tout cela s’oublie,

Car pour la liberté

Je donnerais ma vie.

 

Aussi, je me relève

Mais en mon cœur meurtri,

La peur d'un autre coup

Semble affaiblir mes ailes.

 

Des nuits et des larmes

Puis le grand jour enfin

Où, confiant, joyeux,

J'exulte ivre de ciel.

 

 

 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE, extrait de Solitude étrangère.

 




06/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres