Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

L'image

 

L'image

 

 

 

 

 

 

I

 

 

Sois patiente, attends-moi ! Je serai du voyage...

Reste silencieuse, attentive à nos vies :

Compagne de toujours, tu sais, au fil de l’âge,

Nous prendre ou nous surprendre aux époques choisies.

 

 

Tu es le compagnon ouvrant le grand passage

Au vieillard avisé du jour enfin venu ;

Comme à l’enfant serein qui comprend le message

Et s’offre à ton appel, pour l’avoir reconnu.

 

 

 

 

 

 

 

II

 

Le soir souvent m’invite à suivre ton sillage

Où je rêverai seul à l’abri des jours gris

D’un séjour dans ton monde, avec ou sans nuage.

 

 

Ta présence me plaît, je ne suis point surpris

Par ton souffle discret sur un beau paysage :

Un vent glacial, ô Mort, au cœur de l’insensé...

Brise légère, aurore, un printemps chez le sage !

 

 

Je commence à t’aimer et parfois j’ai pensé

Donner sens à ton rôle, adopter ton visage

Et t’attendre à mon tour avant d’être lancé

Dans ce lointain promis vers lequel on s’engage.

 

 

 

 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

 En un clic,

Vers un  autre poème

 

Pour la peinture :

 

Franck PASQUALINI transpose "Dame la Mort" qui nous regarde, dans les yeux d'une étrange araignée aux crocs terrifiants… afin d'illustrer le poème L'image, promenade audacieuse de Yves Philippe de FRANCQUEVILLE extraite du recueil Solitude étrangère.

 

 

 

Auteur : Yves Philippe de Francqueville

 



26/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres