Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Je ne suis pas Rimbaud

Je ne suis pas Rimbaud

 

 

 

 

En hommage à « Ma Bohème »

 

 

Si j’aime un idéal, pieds nus, cheveux aux vents,

Des pas au bord de l’eau sans vouloir me conduire

À laisser mon féal aux projets émouvants...

Je ne suis pas Rimbaud pour oser le séduire !

 

 

Écoute-moi, la muse, allons suivre l’étoile,

Le doux chant de Rameau pour unique témoin

Lorsqu’une âme confuse offrit dessous le voile

Une ode à son jumeau loin d’ici, loin, si loin...

 

 

Si la rime est habile une larme est amère :

Il n’y a point d’excuse au paradis perdu.

S’en aller sans faiblir ? Oublier la chimère ?

 

 

Ange, diable ou satyre... Ami d’un choix ardu

Il te faudra sans ruse opter pour l’éphémère

Ou pour l’amour docile à ce cœur éperdu.

 

 

 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

Pour la photo : cliché d'Étienne CARJAT. (image tombée dans le domaine public).

 

en un clic,

vers un autre poème

 

Auteur : Yves Philippe de Francqueville 

 



25/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres