Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Création

 

 

CRÉATION


 

À Richard B.

 

 

- Tu es belle, ô Terre, alors tremble et frémis :

Si l’abîme est comblé, qu’une montagne naisse !

- Voici : soudain l’on gronde... enfin mer tu jaillis

Et chacun de nous voit en toi notre maîtresse !

 

- De ce cœur de mil feux vers la nuée ardente,

Oh merveilleux volcan dont la lave d’effroi

Modèle avec caprice une nature amante,

Afin que de nous aussi tu t'affirmes roi !

 

- Du soleil et des cieux, à cette eau qui ruisselle…

Vous semblez là pour l'homme, il s’en trouve orgueilleux:

Sans apprendre à l'aimer, sa main se fait cruelle

 

Avec ce monde offert à l’irrévérencieux.

- Doit-on lui pardonner d’être si peu fidèle,

Lui, surgi du néant, pour mourir sous vos yeux ?

 

 

 

Poème extrait du recueil Solitude étrangère. 

Il se retrouve aussi inséré dans l'œuvre théâtrale Notre sauveur…

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 


 



07/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres