Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

Yves Philippe de FRANCQUEVILLE ou les prémices d\'une quête existentielle

C'était hier

 

C’était hier

 

 

Poème écrit en Suède, près du détroit de Skagerrak. 

Souvenirs d'enfance, au château de Verneuil dans l'Aisne.

 

 

 

Sur la roche incertaine, un jeune homme est assis.

Pour regarder la mer il songe à son pays

Quitté ce noir matin, comme on ferme une porte

À tout vain avenir où l’espérance est morte.

 

La tour du grand château n’entendra plus courir,

Un des ponts de l’étang doit finir de pourrir...

Et les jours et le vent soulignent de pluie

Les derniers souvenirs de cette enfance amie.

 

Voyez, la petite île où il allait heureux

S’éloigne dans la brume et grave au fond des yeux

L’étrange ombre d'un hymne au reflet gris ou mauve

Offert en requiem à la mémoire sauve.

 

Un chant, souffle d’automne, emporte aussi la flamme :

Elle attise un parfum oublié d’une femme ;

Et captive en son être esseulé chaque soir,

Au souffle de l’esprit, la muse est son espoir...

 

 

© Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

(Encre, aquarelle et acrylique sur papier)

 

© Dessin réalisé par Franck PASQUALINI, présenté en entier, non cadré. Il a été réalisé pour le poème C'était hier, extrait du recueil Solitude étrangère et se trouve aussi dans la pièce de théâtre Comme une abeille hors de sa ruche… écrit par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

.



26/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres